Novlet
User/Email 
Password 
 Register
English  Portuguese  German  Russian  Italian  Belarusian  More languages...

Voyage vers les montagnes oubliées

A travers le pare-brise de ma voiture, je vis se profiler au loin les silhouettes floues de quelques sommets qui se refusaient à se montrer entièrement sous le soleil ardent qui brulait tout ce qu'il voyait de son œil éblouissant et doré...
L'un de mes gosses à l'arrière se mit à pleurnicher:il avait soif mais l'eau que lui avait donnée sa maman,ma femme,était tiède et il ne voulait pas la boire.
J'essayai de lui expliquer qu'il devait patienter jusqu'à ce que nous arrivions au prochain village, mais il ne voulait pas entendre raison.
Je haussai le volume de la radio pour essayer d'écouter les informations, on parlait du séisme en chine qui avait fait trente deux mille victimes,et je m'imaginais le désarrois dans lequel vivaient ces pauvre gens et la peur qu'il subissaient en attendant des secours qui arriveraient ou n'arriveraient peut-être jamais....

La chaleur nous faisait tous suer,la sueur nous rafraichissait pour un moment mais dès qu'elle séchait,nous sentions la brulure du chergui sur nos peaux...
Il faisait si chaud, si chaud... Les enfants se disputaient de plus en plus violemment. Ma femme essaya de les calmer, en vain. Trois enfants qui se chamaillent à l'arrière d'une voiture, ça a toujours un effet volcan d'énervement... Sans même que je n'eus le temps de repérer les signes avant-coureurs qui laissaient présager le cataclysme, l'éruption s'enclencha d'un coup. Je me mis à crier pour les faire taire, ce qui bien évidemment ne fit pas venir le silence.

- Mais taisez-vous ! Taisez-vous !!! On arrive bientôt ! Taisez-vous ou vous finissez le trajet à pied !
- Enfin, calme-toi... Ce n'est pas utile de t'énerver ainsi, essaya de temporiser ma femme.
- Si ! Ça l'est, figure-toi ! Sales gamins ! Taisez-vous !!! hurlai-je, hors de moi.

S'énerver à ne plus pouvoir se contenir entraîne toujours des conséquences désastreuses. Les enfants se mirent à pleurer, fort. Je me retournai juste une seconde pour les apercevoir. Juste une seconde, une seconde de trop. Je perdis le contrôle de la voiture. Je ne me souviens plus très bien de ce qui se passa. J'entends encore le crissement des pneus, les cris de peur et d'horreur des enfants, et le regard terrorisé de ma femme me fixant.

En ouvrant les yeux,je vis un beau visage au-dessus de moi.
C'était une belle infirmière qui me rassurait:
"Soyez tranquille,toute votre famille va très bien.Les enfants ont quelques égratignures,mais dans deux semaines tout au plus,ils courront à nouveau comme de petits diables!Votre femme est à coté dans la salle réservée aux femmes,elle va très bien,à part une petite entorse au bras,elle vous préparera à nouveau de bons plats dans quelques jours!"
- "Merci ;merci beaucoup de tout cœur,que dieu vous bénisse!Merci infiniment!",je répondis les yeux pleins de larmes et de joie!

To post a comment you need to login
Passage info

This passage has been read by 103 users and has scored 1 points

Vote: Negative Positive

Genres: Without Genre

Previous passages: 0

Created on: 5/16/08 10:49 PM

Comments: 0


 Correct errors
 About the story


 Enable email notifications

User info

Author: makhlouf (60)  Add to favorite authors list

abdelmoula lahal in casablanca

Some Rights Reserved

This work is licensed under a Creative Commons License.
Creative Commons License